Sais-tu Papa, que j’ai presque pleuré de rage lorsque tu as vociféré un tas d’injures et pénétré sur le terrain pour râler contre l’arbitre?

Je ne t’ai jamais vu dans une telle colère!

C’est peut-être vrai que l’arbitre avait tort.
Mais même si j’ai perdu le match « à cause de l’arbitre », comme tu dis, n’empêche que je me suis bien amusé.

Essaye de comprendre, Papa, que tout ce que je veux, c’est jouer.

Laisse-moi ce plaisir, sans me houspiller tout le temps avec tes conseils comme « passe le ballon » ou « tire ». Et laisse-moi trimbaler mon sac de sport : le nom de mon club est inscrit dessus et j’aime bien que les gens voient que je joue au foot. Tes intentions sont peut-être bonnes. Mais moi, ça me rend nerveux.

Autre chose, Papa : ne te fâche pas lorsque l’entraîneur me remplace en cours de partie. Je m’amuse aussi assis sur le banc à regarder mes amis jouer.Nous sommes beaucoup, il faut faire jouer tout le monde.

Papa, je t’en prie, ne raconte pas à maman après le match « aujourd’hui, il a gagné » ou « il a perdu ». Dis-lui  que je me suis bien amusé, c’est tout.

Et, je t’en prie, ne raconte pas que j’ai gagné parce que j’ai inscrit un but splendide, ou que j’ai été énorme en défense ou que j’ai fais de superbes arrêts. Ce n’est pas vrai, Papa, si j’ai été bon c’est aussi grâce à mes coéquipiers titulaires et remplaçants.

Ne te mets pas en boule, Papa. Si je t’écris tout cela, c’est parce que je t’aime beaucoup.

Maintenant, je me grouille  d’aller à l’entraînement car si j’arrive en retard, notre entraîneur ne va pas me laisser jouer le prochain match dès le début.

Ton fils

IMG_PereFils02